le projet Tirse à Brakel
Retour

le projet Tirse à Brakel

La maçonnerie dans sa forme la plus pure

le projet Tirse à Brakel

architecte: Volt architecten cvba (www.voltarchitecten.be)

client: SHM Vlaamse Ardennen - Oudenaarde

Entrepreneur: Bekaert Building Company

Briques de parement: couleur 8012 (Violet)

Maçonnerie: joint mince, appareil aléatoire

 

   

le projet Tirse à Brakel
Concept:
 
La démolition d’une ancienne école située au centre de Brakel, à proximité du marché et de la bibliothèque, a libéré près de 4 000 m2. 38 appartements ont été construits sur ce terrain, de manière à atteindre une densité d’occupation nette d’environ 97 unités de logement par hectare. Le projet était principalement axé sur les personnes âgées qui revenaient habiter au centre, pour être plus proches de toutes les commodités. Un certain nombre d’appartements sont du type « habitat à vie ».
 
Même avec cette forte densité d’habitation, le terrain demeure assez ouvert. Les nouveaux bâtiments ont été construits en bordure de la zone libérée, ce qui a dégagé au centre un nouvel espace intérieur. Celui-ci constitue une zone d’accès aux appartements et une zone de passage piétonnier vers la nouvelle école et le parking municipal Tirse. Derrière la bibliothèque se trouve une zone verte surélevée, avec podium couvert adjacent, qui permet de s'asseoir ou de s'allonger sur l'herbe.

 

le projet Tirse à Brakel

Les habitations sont aussi bien orientées vers l’espace intérieur privé que vers l’espace public. On a ainsi délibérément choisi de ne pas faire de distinction entre les façades avant et arrière. Le flou intentionnel de la délimitation entre la zone publique et la zone privée crée une impression d’espace qui encourage les échanges spontanés entre les habitants ou avec les passants. 

 

 

Comment la brique de parement a-t-elle contribué au succès de ce projet?

Les architectes Volt: Il n’était pas dans notre intention de faire ressortir le projet par rapport à son environnement. C’est pourquoi la maçonnerie a été exécutée de manière aléatoire avec des briques gris-violet à finition sablée. Cette brique relativement neutre en soi présente un aspect plutôt dégagé.

 
En combinaison avec la régie des surfaces de baies, les surfaces de parement revêtent ainsi l’aspect d’une « présence » naturelle, comme évidente. Par exemple, une des surfaces de parement orientées vers le parking municipal est une façade entièrement aveugle où la maçonnerie se décline dans sa forme la plus élémentaire. Les autres frontispices et murs de jardins ont subi un traitement monolithique identique.
 
Les façades longitudinales incluent pour leur part une structure faite d’éléments en béton architectonique légèrement coloré et d’une bande en aluminium thermolaqué. La maçonnerie constitue ici un élément rythmique de remplissage. L’application conséquente de ce principe abolit la distinction entre les façades d’habitat et les façades de couchage d’une part, et les façades avant et les façades arrière d’autre part. Chaque façade est ainsi traitée de manière « représentative par rapport à l’espace public ».